Traitements en aérosol

Traitements en aérosol

Pour les traitements en aérosol, existe-t-il des contre-indications à mélanger l’Atrovent avec les antibiotiques tels le Coly-Mycin (colistimethate sodique) ou le TOBI (tobramycine)? Si oui, pourquoi?

Lors du traitement par nébuliseur avec un antibiotique comme la tobramycine ou le Coly-Mycin, il est bénéfique d’utiliser des bronchodilatateurs (agents qui ouvrent les bronches) pour permettre un meilleur passage des médicaments dans les voies respiratoires. Les bronchodilatateurs sont aussi utilisés pour prévenir la fermeture des bronches (bronchoconstriction) provoquée par les antibiotiques qui, lorsqu’administrés par inhalation, sont irritants.

L’Atrovent (ipatropium) ou le Ventolin (salbutamol) peuvent être utilisés sous forme d’aérosols-doseurs (« pompes ») ou en nébulisation avant le traitement antibiotique en nébulisation. La solution de salbutamol en nébuliseur peut être ajoutée directement à la dose de tobramycine ou de Coly-Mycin. Même si le mélange tobramycine-salbutamol est stable pendant quelques heures, il est recommandé de l’utiliser sans tarder. La stabilité du mélange Coly-Mycin et salbutamol est, pour sa part, moins longue. Il doit être utilisé en moins d’une heure, car après ce délai, les deux ingrédients perdent de leur efficacité. Il est aussi recommandé d’utiliser la dose unitaire de salbutamol en nébulisation, car il ne contient pas d’agent de conservation qui pourrait nuire à l’efficacité du Coly-Mycin.

En ce qui concerne l’Atrovent, aucune étude sur la combinaison n’a été effectuée, et le fabricant ne recommande pas le mélange avec la tobramycine ou le Coly-Mycin. Il est possible que l’efficacité de l’antibiotique soit affectée lors du mélange en raison d’une réaction chimique. Par exemple, un changement de viscosité pourrait modifier la grosseur des gouttelettes nébulisées et ainsi diminuer la quantité de médicaments qui atteint les poumons. Malgré cela, l’Atrovent peut-être utilisé avant le traitement antibiotique. Voilà les recommandations à notre disposition pour l’instant, en attendant que d’autres études soient effectuées. En attendant que d’autres produits ou traitements puissent être mis au point, les approches actuelles s’avèrent sûres et efficaces. La recherche n’arrête pas!

Sylvie Fournier, pharmacienne (CHUM)

Partager :