SARM – SAMR

SARM – SAMR

Je viens d’apprendre que je suis infectée par le SARM. La nouvelle semble affecter davantage mon conjoint qu’elle ne m’affecte moi. En fait, il a peur de l’attraper et d’en subir les conséquences un jour ou l’autre. Pourriez-vous nous aider, mon conjoint et moi, à mieux comprendre ce qu’est le SARM et à situer son degré de dangerosité, tant pour une personne malade que pour une personne en santé?

Au cours des dernières années, les bactéries sont devenues de plus en plus résistantes à plusieurs antibiotiques. C’est le cas du staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) dont certaines souches sont devenues résistantes à la méthicilline, un antibiotique très proche de la cloxacilline. SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline) a d’abord envahi les hôpitaux montréalais pour s’étendre progressivement dans les autres hôpitaux du Québec; il se répand maintenant en milieu extrahospitalier. Cette bactérie n’est toutefois ni virulente ni agressive pour les personnes en bonne santé. En effet, bien que ces individus puissent devenir porteurs de SARM s’ils sont en contact avec des malades infectés par cette bactérie, il faut savoir que l’état de porteur (habituellement dans les muqueuses nasales) n’entraîne pas de maladie chez la personne en santé et n’est pas nécessairement permanent. La situation diffère cependant pour les malades ayant subi une chirurgie et dont la plaie serait contaminée par SARM. L’infection qui surviendra alors sera plus difficile à éliminer en raison de la résistance aux antibiotiques courants. La guérison demeure toutefois possible, si le patient est traité avec des antibiotiques efficaces contre cette bactérie. Même si SARM résiste à plusieurs médicaments et qu’on lui a attribué le nom de « super bactérie », il reste encore des antibiotiques qui peuvent le combattre.

Dans la population fibro-kystique, il est difficile de juger de l’importance du problème de l’infection des bronches par SARM. Certains patients ne sont infectés que de façon transitoire alors que d’autres semblent être aux prises avec une infection chronique. Il n’est pas clair que SARM soit plus virulent et agressif que Staphylococcus aureus sensible à la méthicilline, mais cet aspect reste encore à préciser. D’autre part, lorsqu’il y a coinfection SARM et Pseudomonas aeruginosa ou Burkholderia cepacia, il semble bien que ce soient ces deux dernières bactéries qui soient les principales en cause dans le déclenchement de maladies et la détérioration de l’état de santé.

Dr Michel Ruel

Partager :