Ibuprofène et bienfaits

Ibuprofène et bienfaits

J’ai entendu parler des nombreux mérites de l’ibuprofène. Pourriez-vous nous expliquer ce qu’est l’ibuprofène, au juste? Quelles sont ses propriétés? Qui peut en profiter?

L’ibuprofène est un médicament qui fait partie de la classe des « anti-inflammatoires non stéroïdiens » (non dérivés de la cortisone). Il possède donc les propriétés anti-inflammatoires de la cortisone ou de ses dérivés, mais sans être aussi puissant. On l’emploie surtout dans le traitement des maladies musculo-squelettiques, particulièrement pour l’arthrite rhumatoïde, laquelle présente une inflammation des articulations. L’ibuprofène possède également des propriétés analgésiques (antidouleur) qui peuvent notamment servir à soulager les maux de tête. De fait, il est actuellement commercialisé à faible dose comme médicament sans ordonnance, sous le nom d’Advil.

Sachant que l’inflammation des bronches constitue probablement un facteur majeur dans la détérioration de la condition pulmonaire, on comprend l’intérêt qu’ont suscité les médicaments anti-inflammatoires, et l’ibuprofène en particulier.

En mars 1995, les résultats d’une étude clinique qui comparait ce médicament à un placebo (comprimé sans ingrédient actif) ont été publiés. Quatre-vingt-cinq sujets fibro-kystiques ont participé à cette étude qui s’est étalée sur une période de quatre ans. Ces patients avaient une atteinte pulmonaire légère, et les médicaments étaient ajustés selon des dosages sanguins. Les résultats ont démontré que les individus prenant l’ibuprofène subissaient une diminution moins importante de leurs capacités respiratoires. Toutefois, l’amélioration n’a été constatée que chez les sujets de moins de 13 ans, et le traitement n’a pas réduit la fréquence de leurs hospitalisations. Par ailleurs, l’ibuprofène n’a pas entraîné plus d’effets indésirables que le placebo.

Une autre étude, celle-ci publiée en 2007, a comparé l’ibuprofène à un placebo. Cent quarante-deux sujets, âgés de 6 à 18 ans, ont participé à cette étude d’une durée de deux ans. Ils avaient tous une atteinte pulmonaire légère. Les résultats ont révélé que la capacité respiratoire se détériorait moins rapidement chez les individus prenant l’ibuprofène que chez ceux qui prenaient le placebo. De plus, la médication était en général bien tolérée.

Les données concernant l’utilisation de l’ibuprofène chez les adultes fibro-kystiques sont limitées à l’étude de 1995. Dans cette étude, la médication semblait moins efficace pour les adolescents et les adultes que pour les enfants. Il est également important de mentionner que l’ibuprofène peut entraîner des effets indésirables assez sérieux, notamment en ce qui a trait à trait à l’appareil digestif (irritation, ulcères et saignements gastrointestinaux). C’est pourquoi, bien qu’il ait été démontré que l’ibuprofène ralentit la détérioration des poumons chez les patients fibro-kystiques, ce médicament, surtout à doses élevées, n’est pas d’usage courant.

Dr Michel Ruel

Partager :