Extinction de voix

Extinction de voix

Après une antibiothérapie, un mauvais rhume ou une grippe, il m’arrive souvent d’avoir une extinction de voix. J’aimerais bien comprendre ce phénomène physiologique. Comment expliquez-vous ce type de réaction? Pourquoi y suis-je plus sensible qu’une autre personne? Bien que l’extinction de voix ne soit pas douloureuse, est-ce possible d’en réduire la fréquence?

L’extinction de voix associée au rhume ou à la grippe, aussi appelée laryngite, est provoquée par l’atteinte inflammatoire du larynx et des cordes vocales par le virus lui-même, et non par les antibiotiques. L’oedème inflammatoire causé par le virus peut être augmenté par la toux fréquente, qui provoque une irritation mécanique supplémentaire du larynx. Le rhume peut être responsable de la toux, de même que la bronchite qui succède souvent au rhume. De plus, le fait de parler longtemps et d’une voix forte peut contribuer à entretenir l’inflammation des cordes vocales. Un repos des cordes vocales s’avère souvent nécessaire pour récupérer une voix normale.

Certaines personnes sont par ailleurs plus vulnérables aux atteintes des cordes vocales. C’est le cas notamment des chanteurs et des enseignants, qui utilisent beaucoup leurs cordes vocales. Les fumeurs sont également sensibles aux extinctions de voix (la fumée du tabac est un irritant important de tout le système respiratoire). Enfin, les personnes présentant une toux chronique, comme les personnes atteintes de fibrose kystique, sont aussi sujettes aux extinctions de voix. Chez ces dernières toutefois, le respect de tous les aspects du traitement respiratoire visant à réduire au minimum cette toux chronique rendra les cordes vocales moins vulnérables.

Dr Michel Ruel

Partager :