Désensibilisation aux allergies

Désensibilisation aux allergies

Pour la seconde fois, je me vois dans l’obligation de subir une désensibilisation à un antibiotique auquel je suis allergique. Je ne saisis pas le principe médical ou biologique de la désensibilisation. J’aimerais comprendre pourquoi l’exercice doit être répété chaque fois que je dois prendre cet antibiotique. De plus, sauriez-vous m’expliquer pour quelles raisons ce traitement doit être administré à l’unité des soins intensifs?

Le principe de la désensibilisation est un phénomène dont on ne connaît pas encore tous les détails. On sait tout de même ceci : le système immunitaire qui rencontre une substance à laquelle l’organisme est allergique produit une réponse inhabituelle, dite allergique, impliquant entre autres des anticorps de type E (IgE). Par ailleurs, si une personne allergique à une substance reçoit cette même substance à une dose initiale très faible puis à des doses plus élevées, son organisme réagira en développant un autre type de réponse immunitaire n’impliquant pas les IgE. Cette nouvelle réponse immunitaire ne provoquera donc pas de manifestation allergique (irritation des yeux, écoulement et congestion nasale, démangeaison, urticaire, obstruction des voies respiratoires supérieures, difficultés respiratoires, hypotension, choc).

Dans un processus de désensibilisation aux médicaments (dont les antibiotiques), cette nouvelle réponse immunitaire non dangereuse se maintiendra tant que l’on poursuivra l’usage normal des médicaments. Par contre, si on l’interrompt, la réponse allergique sévère se manifestera à nouveau lors d’un prochain contact avec le médicament à dose normale. C’est pourquoi, si on veut réintroduire le médicament, il faut recommencer le processus de désensibilisation à zéro. D’autre part, le processus de désensibilisation n’est pas sans risques et il doit se faire sous la supervision d’un médecin spécialiste en immunologie et en allergies. Malgré toutes les précautions, des manifestations allergiques peuvent tout de même survenir en cours de route. Les conséquences de celles-ci peuvent être graves, particulièrement chez les patients fibro-kystiques dont la fonction pulmonaire est basse. Dans la majorité des cas, cette désensibilisation se fait donc sous haute surveillance, à l’unité des soins intensifs, afin de détecter et de traiter rapidement les réactions allergiques potentielles.

Dr Michel Ruel

Partager :