Dents jaunes

Dents jaunes

Je suis très préoccupée par la couleur jaunâtre de mes dents. Est-ce que ça pourrait être à cause des antibiotiques que je prends? Puis-je me faire blanchir les dents?

Pendant la période de formation des dents, la tétracycline aurait pour effet indésirable d’altérer la couleur des dents, ce qui n’est plus le cas à l’âge adulte. En principe, depuis le début des années 1970, les médecins ne prescrivent plus de tétracycline aux enfants. On peut donc penser que chez les personnes fibro-kystiques de plus de 39 ans, il s’en trouve certaines dont la couleur jaunâtre des dents est le résultat de l’utilisation de cet antibiotique. Pour les autres adultes fibro-kystiques qui ont un problème de coloration des dents, la littérature scientifique actuelle n’indique pas que les médicaments ou les antibiotiques en seraient responsables. Donc, notre avis sur ce problème reste le même pour la population fibro-kystique que pour les gens en général. Il est possible de procéder au blanchiment des dents à l’aide d’un produit à base de peroxyde (peroxyde d’hydrogène ou de carbamide). Malheureusement, on ne peut s’attendre à des résultats bien spectaculaires. Il faut comprendre que le peroxyde agit à la surface de la dent, alors que le problème de coloration s’explique par la présence de sels de tétracycline au centre de la dent. En outre, le recours au peroxyde n’est pas à exclure, puisque la maladie en soi n’affectera pas les résultats du traitement. Mais chose certaine, avant de recourir au peroxyde d’hydrogène ou de carbamide, il faut explorer d’autres avenues. Une bonne hygiène dentaire et un bon nettoyage des dents chez le dentiste peuvent dans certains cas s’avérer très concluants et sont d’ailleurs des préalables essentiels au blanchiment.

Par ailleurs, l’utilisation du peroxyde dans le blanchiment des dents ne doit pas se faire à l’aveuglette. Un mauvais dosage ou une mauvaise application peut occasionner une irritation des gencives. Ce procédé est aussi contre-indiqué pour les patients qui ont des rétractions des gencives (déchaussement de la racine de la dent), une hypersensibilité des dents ou des problèmes buccaux divers. Pour ces raisons, je conseille à quiconque qui désire se faire blanchir les dents de consulter son dentiste et de s’éloigner des produits de blanchiment offerts en vente libre, dont les méthodes d’administration sont tout à fait différentes. Les trousses de blanchiment qu’on utilise à la maison sont offertes à la pharmacie. Ces produits coûtent beaucoup moins cher que ceux administrés dans le cabinet du dentiste. Toutefois, on ignore si leur usage à long terme est sans danger, surtout si l’on tient compte du fait que les utilisateurs sont susceptibles d’en répéter l’application périodiquement. Chez le dentiste, on fabriquera une gouttière en plastique à partir des dents du patient. Ce dispositif diminue la quantité de peroxyde utilisée et limite l’application aux dents. Il permet aussi de garder le peroxyde en place, tout en réduisant sa dissolution et son ingestion. Ce procédé contribue à en augmenter l’efficacité thérapeutique tout en minimisant les risques d’irritation.

Pour un cas type de coloration, un patient peut s’attendre à débourser de 300 à 400 $ pour un traitement chez le dentiste. Le prix est largement conditionné par la technique utilisée par le dentiste. En outre, plus le dentiste consacre lui-même du temps au blanchiment, plus le patient doit s’attendre à une facture élevée. Les patients ont tout avantage à bien s’informer avant d’entreprendre un tel traitement.

Pour terminer, il est important de savoir qu’une fois le blanchiment des dents terminé, les patients doivent souvent faire reprendre les anciennes obturations (plombages blancs qui sont alors trop foncés). En effet, le peroxyde a la propriété de blanchir les dents, mais non les produits qui ont pu être ajoutés aux dents dans le passé. Le remplacement des anciennes obturations occasionnera évidemment des coûts supplémentaires.

Dr André Prévost, dentiste

Partager :