Cipro et entrainement

Cipro et entrainement

Je suis un obsédé de la forme physique. Depuis plusieurs années, je fais de l’haltérophilie sur une base régulière et cherche à accroître ma masse musculaire. Dernièrement, j’ai été contraint de prendre de la Cipro (ciprofloxacine) pour contrôler un début d’infection pulmonaire. J’ai poursuivi mon entraînement physique pendant le traitement malgré l’apparition de douleurs articulaires. Est-il possible que la Cipro soit responsable de ces douleurs? Sachant que la douleur était supportable, voyez-vous quand même un danger à ce que je maintienne mon programme d’entraînement lorsque je me traite à la Cipro?

Je répondrai affirmativement à votre question initiale : il est en effet possible que la Cipro puisse être la cause de vos douleurs articulaires. Toutefois, cet effet indésirable est rare. Personnellement, j’ai prescrit beaucoup de Cipro à des patients – fibro-kystiques et autres – et jamais encore je n’ai observé cette réaction. L’origine de ces douleurs peut être tout autre et le fait qu’elles soient survenues en même temps que la prise de Cipro ne constitue peut-être qu’un hasard. Est-il possible qu’elles aient été provoquées par un entraînement intensif? Ou encore par une infection virale qui entraîne souvent des douleurs musculaires et parfois articulaires? Il faut également se demander si ces douleurs ne sont pas reliées à un processus inflammatoire causé par l’ostéoarthropathie hypertrophique. Il s’agit du syndrome clinique qui comprend notamment l’hippocratisme digital, ainsi que des articulations douloureuses et enflées. Il affecte également les extrémités des os longs et les articulations adjacentes (chevilles et genoux principalement, mais aussi les poignets). Ce problème n’est pas rare chez les personnes fibro-kystiques, et les poussées inflammatoires surviennent souvent à l’occasion d’exacerbations des infections pulmonaires. En somme, je conseille à mes patients de ne pas se priver de Cipro lorsque celle-ci est indiquée pour une infection respiratoire. Je leur recommande également de poursuivre leurs activités habituelles pendant le traitement. Toutefois, en période d’infection respiratoire sérieuse, il y a lieu de diminuer ou de cesser temporairement le programme d’entraînement physique.

Dr Michel Ruel

Partager :