Anticorps monoclonaux

Anticorps monoclonaux

Pouvez-vous nous parler de cette nouvelle découverte dans la lutte contre les maladies infectieuses appelée technologie des «anticorps monoclonaux»?

Les anticorps sont des molécules produites par un type de globule blanc (le plasmocyte) et jouent un rôle fondamental dans la réponse immunitaire. Les substances étrangères à l’organisme (quelles qu’elles soient, des virus aux échardes) sont marquées par les anticorps et sont ensuite détruites par les cellules qui reconnaissent cette marque.

La particularité des anticorps monoclonaux réside dans le fait qu’on peut, en laboratoire, produire de ces anticorps en grand nombre et de façon spécifique, c’est-à-dire de façon à ce que leur action soit dirigée contre un élément bien précis de la substance étrangère. La technique pour créer les anticorps monoclonaux fut mise au point en 1975. Depuis lors, les anticorps monoclonaux font partie intégrante des techniques médicales. Actuellement, en clinique et en recherche, on utilise surtout les anticorps monoclonaux pour des fins de diagnostic.

Ici, au Centre hospitalier de l’Université Laval, à ce que je sache, les projets en cours utilisant les anticorps monoclonaux sont également à des fins diagnostiques. Toutefois, dans d’autres laboratoires, on expérimente les anticorps monoclonaux pour des fins thérapeutiques. En effet, des chercheurs ont émis l’hypothèse qu’on pourrait lier un antibiotique à un anticorps dirigé contre Pseudomonas, de sorte que l’antibiotique puisse atteindre plus directement et plus efficacement le microbe. Des développements plus récents en recherche visent la mise au point d’un vaccin qui comprendrait des anticorps monoclonaux et serait efficace contre Pseudomonas.

Partager :