Antibiotiques, flore intestinale et probiotiques

Antibiotiques, flore intestinale et probiotiques

J’ai entendu dire que les antibiotiques que je consomme en bonne quantité s’attaqueraient non seulement aux bactéries qui détruisent mes poumons, mais également à celles qui jouent un rôle positif dans la flore intestinale. Lorsqu’il est question de restauration de la flore intestinale, les probiotiques sont sur toutes les lèvres. Pouvez-vous me dire ce que sont au juste les probiotiques? Jusqu’à quel point peut-on leur faire confiance?

Il est bien connu que les antibiotiques pris par voie systémique (orale ou i.v.) peuvent affecter la flore microbienne normale, tant au niveau buccal que vaginal et intestinal. Toutefois, les antibiotiques pris par voie d’aérosol n’ont pas cet inconvénient. En ce qui concerne plus particulièrement la flore intestinale, celle-ci peut être affectée par l’antibiothérapie sans que le patient n’ait de symptôme particulier. Il peut toutefois présenter des malaises abdominaux et des selles molles plus ou moins diarrhéiques. Finalement, une complication plus redoutée peut survenir : la colite à C. difficile appelée aussi colite pseudomembraneuse.

Cette complication survient le plus souvent en milieu hospitalier où les patients peuvent être colonisés en cours d’hospitalisation par cette bactérie productrice de toxines. La colite peut être à l’occasion sévère et entraîner la destruction du côlon et nécessiter une résection chirurgicale ou causer même le décès. Les probiotiques, qui sont constitués de bactéries semblables à certaines bactéries retrouvées dans la flore intestinale, sont-ils efficaces dans la prévention des complications digestives?

L’expérience de l’utilisation des probiotiques chez plusieurs patients suggère une certaine efficacité. Toutefois, en médecine, la preuve ultime de l’efficacité est le résultat d’études cliniques réalisées à double insu sur un grand nombre de patients, dans le cadre desquelles on administre soit le probiotique, soit un placebo (substance inerte) lors de la prise d’antibiotiques. La supériorité du probiotique sur le placebo prouverait ainsi son efficacité. Or, le problème est qu’il n’y a guère d’études qui ont été effectuées à ce jour, exception faite d’une recherche récente faite en Angleterre. Cette étude semble démontrer l’efficacité relative d’une préparation probiotique composée principalement de lactobacilles. D’autres études seraient toutefois nécessaires pour confirmer ces résultats.

Un autre point problématique réside dans la nature même du probiotique, lequel est classé comme un produit naturel plutôt qu’un médicament. Comme il n’y a pas de contrôle de qualité sur ce type de produits, on ne peut donc être certain que le probiotique contienne la bonne quantité de bactéries ou même la sorte de bactéries qu’il est censé contenir.

Pour ces raisons, dans notre milieu, tant les gastroentérologues que les infectiologues ne préconisent pas l’utilisation systématique des probiotiques en prévention ou en traitement des complications intestinales lors de l’utilisation des antibiotiques par voie systémique.

Notez que les probiotiques sont contre-indiqués chez les personnes immunodéprimées (comme le sont les patients fibro-kystiques après une greffe pulmonaire ou hépatique).

Partager :