Nous pouvons vous aider

Quand ça commence à mal aller …

Récit d’accouchement partie 3 de 4

Bébé est amorphe, il « oublie » de respirer, sa saturation descend en flèche. Mais avec de la stimulation vigoureuse de la part du médecin, il comprend à quoi servent ses poumons. Malheureusement il oublie trop souvent, on me l’enlève pour le placer en incubateur, mais il reste tout de même dans la salle d’accouchement pas trop loin de moi. Un inhalothérapeute est demandé pour faire une évaluation.

De mon côté,

Suite à l’expulsion du premier bébé, mon corps fait une pause, je n’ai que très peu de contractions, et mon dos me fait atrocement mal suite à mes 2 heures précédentes de poussée. De plus bébé #2 s’amuse à gigoter dans mon ventre, maintenant qu’il a toute la place! Il n’est pas du tout engagé dans mon col. Dans un accouchement de jumeaux, les médecins veulent que le bébé #2 soit sorti dans un délai d’une heure maximum par rapport au premier. Après les 15 premières minutes, comme la situation n’évolue pas, la Dre m’informe que si bébé n’est pas sorti d’ici 20 minutes, on part en césarienne d’urgence.

IL N’EN EST PAS QUESTION!!

D’accord, mon marathon n’est pas terminé, tant pis si mon dos ne me parle plus après cette journée, je ne me ferai pas ouvrir le ventre après avoir déchiré d’en bas certain!

Je demande au médecin si je peux pousser même en l’absence de contraction, bein non, ça a l’air que ça ne servirait à rien. OK d’abord, je pousserai 3-4 coup par contractions alors (plutôt que les 2 habituels) Une 2e infirmière est demandée en renfort pour remplacer mon chum à mes côtés et m’aider à supporter un peu mon dos lorsque je pousse. Quand on me menace, je suis efficace! Bébé #2 est sorti 30 minutes après son frère. On le place sur mon ventre, papa et bébé #1 sont invités au party, je suis assaillie d’une vive émotion, je pleure de joie : je suis enfin maman! Il y a maintenant 2 êtres sur terre plus importants que moi à mes yeux.

Mais bébé #1 désature encore trop souvent, on me l’enlève pour l’admettre aux soins intensifs des bébés : la néo-natalogie. Je dois le laisser quitter la salle d’accouchement, accompagné de son père.

À ce moment, mon placenta, grandeur XL, est expulsé. Et je vois les médecins s’activer d’une manière inquiétante. Avant de quitter la chambre, chéri prend bébé #2 dans ses bras, car moi je ne suis pas en mesure de m’occuper de lui. Mon utérus ne contracte pas pour revenir à sa taille normale, tous les vaisseaux sanguins qui alimentaient le placenta saignent abondamment : je fais une hémorragie…

⟨ Article précédent | Article suivant

Partager : 
  • Écrire un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *