Nous pouvons vous aider

Le lait de vache, le coupable de nos longues nuits

Pendant les 6 premiers mois de vie des gars, j’en ai pris des antibiotiques. C’était ma bouée afin de rester hors de l’eau. Dès que j’arrêtais d’en prendre, je toussais constamment le soir en me couchant, pendant parfois 2 à 3h, m’empêchant ainsi de dormir et me faisant perdre de précieuses heures de sommeil. Mais bon, des antibiotiques en continu, ça peut amener son lot de problèmes, dont la résistance à l’antibiotique prescrit. Alors je me résous à tenter d’arrêter pour quelque temps.

Mes garçons ont mal au ventre la nuit, ça nous réveille de 2 à 4 fois par nuit, toutes les nuits. Depuis leur premier mois, je leur donne des probiotiques. Ça aide vraiment, car les nuits où on oublie, on le regrette tous. Au suivi de 6 mois chez le médecin, on me dit que dépassé cet âge, un bébé ne devrait plus avoir mal au ventre la nuit car les coliques (mot fourre-tout pour mettre tous les types de maux de ventre d’un bébé) ne devraient plus survenir. Il me suggère donc de cesser les probiotiques. Eh, merci pour le conseil, mais mes gars ont encore mal au ventre…

À mon suivi à la clinique FK, je dis à ma nutritionniste que je pense que mes enfants sont intolérants aux protéines du lait de vache, conclusion à laquelle je suis arrivée après avoir discuté avec d’autres mamans qui ont aussi vécu cette réalité. (Évidemment, mon médecin de famille ne m’a jamais mise sur cette piste…). Elle me remet alors un dépliant intitulé « Guide alimentaire pour maman qui allaite son bébé avec une allergie ou intolérance aux protéines du lait de vache ». Si je n’étais pas encore certaine du diagnostic, ce guide m’a convaincue, car tous les nombreux symptômes que j’avais notés chez mes gars y étaient listés : eczéma, constipation, douleurs abdominales.

Le test ultime : je dois éviter de manger tout produit laitier pour un certain temps afin de voir s’il y a un changement. Mais ce n’est pas tout, il semble que les enfants allergiques aux protéines de lait de vache peuvent aussi réagir aux protéines de lait de chèvre, aux protéines de soya et aux protéines de bœuf. Ehhhh, c’est intense comme régime, d’autant plus que je ne désire pas perdre de poids…

Continuer d’allaiter dans ces conditions, ou arrêter?

Ce sera probablement les seuls bébés que j’aurai et que je pourrai allaiter dans ma vie. J’aime cette proximité avec mes gars, c’est un beau moment que l’on partage ensemble. De plus, la nuit, l’allaitement est un très bon somnifère. Je décide donc de tenter ce régime pour 2 semaines. Je choisirai après si je poursuis l’allaitement ou pas.

Je n’ai même pas besoin d’attendre 2 semaines. Après 10 jours de ce régime, on a notre première vraie nuit, les gars se réveillent pour la première fois vers 3h00 seulement. Je capote. Je ne me souviens pas de la dernière fois où j’ai dormi 6 heures de suite!! Mais surtout, mes gars n’ont plus mal au ventre, mes sacrifices en valent donc la peine!

Cependant, ma balance ne trouve pas cette situation idéale : j’ai perdu 8 livres en 2 semaines. Plutôt que de consommer un aliment qui contient des produits laitiers, je m’abstenais. Ce n’est pas évident de tout remplacer : le lait entre dans la liste d’ingrédients de tellement de produits…

Par chance, j’ai une amie bientôt nutritionniste qui m’aide énormément à trouver des alternatives.  En 3 semaines, j’aurai repris les livres perdues.

Cependant, j’ai découvert que le lait était responsable de bien plus que les maux de ventre de mes gars…

Maintenant, sans prendre d’antibiotiques, je tousse beaucoup moins lorsque je me couche. À seulement 7 mois, mes garçons m’auront appris quelque chose à propos de ma maladie : c’est vrai que les produits laitiers favorisent le mucus.

Lorsque je cesserai d’allaiter mes gars, je vais recommencer à manger quelques produits laitiers. Le fromage, entre autres, me manque, mais tous les produits de substitution que j’apprécie maintenant feront partie de mon quotidien, et les produits laitiers seront une gâterie pour moi et non plus un aliment de base.

⟨ Article précédent | Article suivant

Partager : 
  • Écrire un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Blogueuse dit :

    J’ai reçu cette question :
    • Bonjour! Dans le texte du 11 août du blogue maternité, j’ai lu que l’auteure avait diminué sa consommation de produits laitiers, ce qui l’aurait aidée au niveau pulmonaire (moins de mucus). J’aimerais savoir ce que son amie diététiste lui a recommandé en remplacement pour ne pas perdre de poids, car j’aimerais moi aussi diminuer ma consommation sans que cela n’aie d’impact sur la balance. Et en passant, félicitations pour les jumeaux! Au plaisir,

    Très bonne question,
    La réponse ne peut pas être brève, car des produits laitiers, il y en a partout!!
    Le lait : dans mon cas, pour les garçons, je devais aussi couper les produits du soya, alors il reste le lait d’amande, mais attention il ne contient pas beaucoup de protéines, le lait de soya est un meilleur substitut. Donc, pour boire, mais aussi dans toutes les recettes où je dois mettre du lait je remplace par du lait d’amande (ou soya) (et le lait d’amande au chocolat a vraiment bon goût).
    Le beurre, facile, la margarine « végane » ne contient aucun produit laitier.
    Le yogourt, j’en mangeais en collation, alors, là il faut trouver d’autres types de collation grasse que l’on aime. Il existe aussi des yogourts à base de produit du soya, d’amande ou de lait de coco, mais les calories ne sont pas nécessairement au rendez-vous. Il faut regarder les étiquettes et bien choisir!
    Le fromage, alors là, c’est complexe. Il existe des « Faux-mage » commerciaux certains à base de produits du soya ou de lait de coco, mais les calories et le gout ne sont pas nécessairement au rendez-vous. Je ne sais pas si les produits laitiers de chèvre sont mieux pour les sécrétions, ça serait à essayer. Il y a plusieurs recettes de « substituts » sur le web, par exemple du « parmesan » fait avec noix, graines et levure alimentaire, du fromage maison fait avec des amandes… Tout dépend du temps qu’on a pour cuisiner!
    Donc comme collation calorique, j’ai mangé beaucoup de noix, et énormément d’humus. Ces 2 aliments contiennent des protéines qui se complètent entre elles, et sont bien gras. Je mange mon humus sur des craquelins aussi bien gras. (En ce moment je trippe sur les triscuits au riz brun, oignon et patate douce)
    Sinon, pour déjeuner j’avais l’habitude de manger des bagels au saumon fumé et fromage à la crème. J’ai carrément substitué mon menu, je mange souvent des œufs avec un bagel, des patates rôties. Ou des toasts avec du beurre d’arachide ou de noix, avec bien de la margarine.
    J’ai dû renoncer à tous les plats gratinés (lazagne, pizza, et autre). Mes gars sont intolérants aussi au bœuf et aux poissons roses. Pour mes repas, je me fais toujours une viande (porc, poulet, poisson blanc) à laquelle je joins une tonne de légumes remplis d’huile d’olive ou de margarine. De plus j’inclus une portion de riz, de pâtes alimentaires, ou de céréales, du type couscous, quinoa, ou autre, et là les sauces grasses sur les tablettes sont un bon apport.
    Pour les plats crémeux (sauce Alfredo, ou les potages « crème de…) il existe des produits de substitution à base de soya, d’amande, d’avoine… http://ecoideas.ca/isola-bio-vegan-cooking-creams.html.
    Ce que j’ai trouvé difficile c’est de remplacer les suppléments de type Boost ou Glucerna (car hé oui, ils sont faits à base de produits laitiers) et de les remplacer demande de cuisiner un peu. Mais les smoothies sont une bonne option. On peut y mettre du lait d’amande, du tofu dessert, des fruits au choix (congelés), du beurre de noix dans le mélangeur. Sinon, il existe des sachets de protéines végétales que l’on peut acheter et ajouter à nos smoothies. https://www.amazon.ca/Vega-Nutritional-Shake-French-Vanilla/dp/B00CORJZ2Q/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1466107926&sr=8-1&keywords=vegan+shake
    Il existe aussi des boissons protéinées véganes. https://www.amazon.ca/Vega-Protein-Smoothie-Tropical-Tango/dp/B00CORJSOG/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1466107981&sr=8-2&keywords=vegan+shake
    À chacun de mes repas, j’essaye de joindre un désert. Dans l’allée des produits spécifiques de mon épicerie, j’ai trouvé une crème glacée à la noix de cajou sans produits laitier qui est très bonne. Et en fait cette allée devient un incontournable car il existe de plus en plus de produits « sans » (notamment sans produits laitiers), il faut simplement les essayer en tâchant de repérer les plus riches en gras et en protéines. Les supermarchés spécialisés « bio-grano » comme la chaîne Avril par exemple offrent encore plus de ces produits.
    C’est aussi très important de prendre rigoureusement nos suppléments de calcium et vitamine D quand on coupe les produits laitiers.
    Si tu veux faire un vrai test, il est recommandé d’être très stricte pour 2 à 4 semaines, et si on voit une différence dans les symptômes, on peut assouplir par la suite le menu pour tester si les symptômes réapparaissent. Pour ma part, j’ai évité tout produit transformé où il était écrit « trace de lait » au début, mais maintenant, j’ai recommencé à en consommer.
    Cependant, je te conseille fortement de te faire accompagner par la nutritionniste de ta clinique FK, ou de trouver de l’aide au privé au besoin, car, quand on commence un régime de ce genre, on en a des tonnes de questions! http://www.nutrisimple.com/fr/nutritionnistes/
    J’espère avoir pu te donner des pistes à explorer. Et comme mon amie me dit souvent, l’alimentation c’est beaucoup de l’essai-erreur.

  2. Jacynthe dit :

    Merci d’avoir répondu de façon si détaillée à ma question 🙂