Nous pouvons vous aider

C’est bien beau l’insuline, mais comment calculer la bonne dose à prendre?

Pour commencer, on m’a indiqué de prendre 4 unités d’insuline lors des repas copieux que je consommais et d’ajuster d’une fois à l’autre selon les valeurs de mes glycémies.

J’ai rapidement constaté que 4 unités ce n’était pas suffisant, d’autant plus que je me suis lancée dans la consommation de sucre (ça fait des années que je me retiens, et là j’ai enfin la permission de me gaver!). Mais ce n’est pas simple d’évaluer la quantité d’insuline à s’injecter.

Je faisais encore autant d’hyperglycémies, alors j’augmentais les quantités d’insuline, mais là je me suis mise à faire bien des hypoglycémies… Décourageant…

À mon rendez-vous suivant avec la clinique de diabète de grossesse, je ne suis pas tombée sur « une bonne journée ». La résidente tente d’évaluer mon journal alimentaire. Je vous explique. J’en étais venue à me faire un genre de charte de quantité d’insuline selon ce que je mangeais, sans trop savoir comment bien calculer les glucides que je prenais. Ça donnait à peu près ça :

Un repas de pâtes, de riz, ou de patates : je prends une quantité X d’insuline.

Un repas de viande et de légumes seulement : je ne prenais pas d’insuline.

À tout repas où j’ajoutais un dessert, j’ajoutais une quantité Y d’insuline.

J’explique ma charte à la résidente, elle voit que 60% du temps ça donne une glycémie qui a de l’allure. Elle ne comprend pas pourquoi je ne prends pas toujours la même quantité d’insuline à chaque repas. (Ça me semble évident… je ne mange pas toujours la même chose!!)

L’endocrinologue arrive et me dit que, comme je ne prends pas la même quantité d’insuline à chaque repas, il ne peut pas vraiment m’aider davantage. Mais sa super recommandation : faire de l’exercice après les soupers, ça m’aidera à faire diminuer mes hyperglycémies… Ouf… (Juste pour vous faire une image, je commence déjà à ressembler à une baleine, je n’ai pas envie de me mettre au jogging).

Il me faudra attendre un autre rendez-vous et tomber sur « une bonne journée » pour rencontrer Dr Compétente. Elle me fixe alors un rendez-vous avec une nutritionniste spécialiste en diabète, qui m’enseigne comment calculer précisément le nombre de glucides que je prends par repas et calculer mes ratios d’insuline en fonction du repas de la journée (comme nous ne sommes pas actifs également après chaque repas, il faut compenser en ajustant le ratio d’insuline. Dans mon cas, par exemple, je dois doubler la quantité d’insuline que je prends pour un souper par rapport à la même quantité de glucides consommée à un autre repas).

Depuis cette merveilleuse rencontre, et grâce au fait qu’on m’a enfin expliqué comment gérer mon diabète, mes glycémies sont toujours belles! Enfin, la culpabilité reliée à mon alimentation est partie!

Mais cet apprentissage aura duré les 5 premiers mois de ma grossesse, c’est fou le temps que l’on perd avec des gens incompétents…

Amis diabétiques, insistez auprès des professionnels, le diabète est une maladie qui peut se contrôler quand on la comprend bien.

 

⟨ Article précédent | Article suivant

Partager : 
  • Écrire un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *