Nous pouvons vous aider

L’alcool et la fibrose kystique

Vivre avec la fibrose kystique ne signifie pas qu’il faut se priver de boire: par contre, il faut savoir comment la consommation d’alcool nous affecte afin de se prémunir d’effets négatifs.

Voici quelques conseils importants qui sont toujours utiles à connaitre.

Que doivent savoir les personnes atteintes de FK à propos de la consommation d’alcool?

Devenir adulte, c’est aussi développer une approche responsable vis-à-vis de la consommation d’alcool. À moins que vos convictions ne vous interdisent totalement d’en consommer, votre vie sociale peut vous amener à consommer des boissons alcoolisées et à fréquenter des personnes qui boivent. Un seul mot d’ordre dans ce cas : la MODÉRATION. Pourquoi? Parce qu’avoir la FK augmente certains risques pour la santé associés à la consommation d’alcool

Pourquoi devrais-je limiter ma consommation d’alcool?

Même une petite quantité d’alcool peut entraver l’action de vos antibiotiques et d’autres médicaments, les empêchant de parvenir au résultat prévu. Les sécrétions des canaux hépatiques d’une personne atteinte de FK sont épaisses et tendent à stagner. La consommation d’alcool peut entraîner des lésions au niveau des zones déjà altérées par la FK, en plus d’une augmentation du risque d’atteinte hépatique généralisée. La consommation d’alcool affecte la glycémie des personnes qui souffrent de diabète.

Je suis diabétique et je souhaite prendre un verre. Que dois-je faire?

Assurez-vous toujours de prendre un bon repas avant de boire et de grignoter lorsque vous buvez. Lorsque vous consommez de l’alcool, votre foie cesse de produire du glucose, parce qu’il est occupé à éliminer l’alcool de votre sang. En raison de l’arrêt de la production de glucose, les patients diabétiques risquent l’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang). Si vous buvez alors que vous avez l’estomac vide ou peu de temps après avoir pris votre insuline, le risque augmente. Il faut deux heures pour métaboliser une seule once d’alcool et l’éliminer de votre système; par conséquent, le risque continue d’exister longtemps après que vous ayez vidé votre verre.

L’exercice peut abaisser davantage votre glycémie. La danse est un exercice; si vous dansez, l’alcool est encore plus nocif pour vous.

Ayez en tout temps avec vous des collations à base de glucides. Si vous ressentez des symptômes d’hypoglycémie, mangez immédiatement.

Le traitement standard de l’hypoglycémie est habituellement l’un des suivants :

  • une demi-tasse de jus d’orange ou de pomme, ou une sucette glacée de taille ordinaire,
  • des bonbons durs,
  • deux ou trois comprimés de Dextrosol ®, ou un paquet de Glucose Gel®.

De plus, si plus d’une demi-heure est écoulée depuis votre collation ou votre repas, vous devez prendre une collation composée de biscottes et de fromage ou de beurre d’arachide, ou encore, un demi-sandwich à la viande ou au fromage. Si vous ne vous sentez pas mieux au bout de dix minutes, répétez le traitement. Assurez-vous qu’au moins un de vos amis est au courant de votre état. Vos amis doivent être aptes et prêts à vous aider si vous faites une crise d’hypoglycémie sévère et que vous perdez conscience.

Surveillez votre glycémie. C’est le meilleur moyen de prévenir l’hypoglycémie.

Quel  est le prix à payer pour un excès?

Chaque cas est différent. Si vous croyez avoir un problème de dépendance à l’alcool, cherchez de l’aide auprès de votre équipe de FK, d’un centre de désintoxication, d’autres professionnels de la santé ou des Alcooliques Anonymes. Les signes avertisseurs ci-dessous sont des indicateurs d’un problème d’alcool :

  • un changement d’humeur ou de comportement lorsque vous buvez (allant parfois jusqu’à la colère ou à l’agressivité)
  • la consommation d’un ou deux verres chaque fois que vous prenez de l’alcool
  • le fait de ne jamais pouvoir se contenter d’un seul verre
  • le besoin de toujours disposer d’alcool à portée de la main
  • le besoin de boire tôt le matin ou encore, toute la journée
  • le besoin de boire jusqu’à tomber ivre mort
  • le besoin de boire seul ou de prendre un verre en cachette
  • le fait d’avoir commis plusieurs infractions au code de la route sous l’influence de l’alcool
  • les retards au travail ou l’absentéisme causés par la gueule de bois
  • le besoin de voler de l’argent pour s’acheter de l’alcool
  • la consommation d’alcool excessive
  • un haut degré de tolérance à l’alcool
  • des vomissements ou des tremblements accusés, en particulier le matin

 

Partager : 
  • Écrire un commentaire

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *